Fédération des

Experts Comptables


Rue de la Loi 83 - 1040 Bruxelles

Tél 32(2)285 40 85 - Fax 32(2)231 11 12

Changing to the euro

A statement issued by the

Fédération des Experts Comptables Européens

to Accountants and Auditors

FEE Euro Information Service


February 2001


This is the last opportunity auditors and accountants will have as part of the annual audit or account preparation process to advise their clients on the steps needed to change to the euro and of the risks of not being prepared.

The evidence from many surveys is that quite apart from having no understanding of the changes in competition that the introduction of the euro will bring about, between a quarter and one third of all companies (with higher proportions in small and medium sized companies):

The commercial risks of not being ready at 31.12.2001 include:

The responsibility for preparing the company for the introduction of the euro lies with the managers of the company. They are responsible to the owners, creditors and other stakeholders for losses that occur as a result of failure to prepare properly.

Advisers to the company, and most particularly the accountant and auditor, where there is a failure or appears likely to be a failure to prepare properly, need to address these questions:

Each of these raises major issues. Unless there are exceptional circumstances, the advice to the company would be expected to be that the situation is wholly unacceptable. The auditor and accountant cannot be satisfied that the company is properly managing the risks that the company faces, including those of error and fraud, nor can the financial statements derived from such accounts be such that the auditor can give a 'clean' opinion.


Companies that delay increase the operational risks they face especially where software has to be changed or upgraded. The auditor and accountant and other advisers should encourage immediate detailed preparation and make management aware of the risks that a company faces if it does not prepare properly.

From the external auditor’s perspective there may be a number of other particular issues that need to be addressed, for example:

  1. Is the company allowed to prepare and file its financial statements in national currency for the period ending 31 December 2001? If it is not then, in addition to auditing the underlying books and records and preparation of the draft financial statements in national currency units, the external auditor will have to confirm that the euro amounts shown are correctly calculated from the national currency units and that any subsequent rounding differences are explained.
  2. If the company is allowed to prepare and file its 2001 financial statements in national currency units, then the audit of the draft statements would be undertaken in the usual way. However, the auditor may have to pay particular attention to the conversion arrangements that the company has made (or should have made), as part of its assessment of the going concern status of the company. The company will probably need to make a narrative disclosure in the report on the period ending 31 December 2001 on the conversion (or non-conversion) to the euro. This is because the abolition of the national currency unit as a unit of transaction and the subsequent removal of national currency notes and coins are significant post balance sheet events.
  3. The external auditor will want to ensure that the company has correctly converted the trial balance and individual open balances as at 31 December 2001. As part of this work the auditor will want to ensure that the closing balance sheet is properly converted to euro as the opening balance sheet for 2002.

In some countries, France and Ireland are examples, the profession has provided advice on these issues to the extent applicable in their countries and recommended appropriate courses of action. Their advice is attached to this statement as an appendix and if auditors and accountants so wish there is no objection to them using this information as a model for any actions that they may feel that they may wish to take.

Indeed, we do believe that it is important for a communication to be sent to accountants and auditors. They too may be at risk from a failure to advise their clients, apart from any other consideration, as their own insurance policies may not provide protection for the same reason as the insurance policies of their clients.

Although this letter is addressed principally to member bodies within the Eurozone, there will be circumstances in other countries where the accountant and auditor may need to take actions. These circumstances are where:

FEE has published two detailed sets of advice about these issues. The first was in April 1998, entitled ' Advice to management and the statutory auditor on the impact of the introduction of the euro'. The second was in June 2000 entitled 'Changing to the euro; what would happen to a company on 1 January 2002 that had not converted to the euro? Advice to managers and their advisers'.

Copies of these publications are available from the FEE euro web site address, www.euro.fee.be.

Neither this statement nor the information contained in the Appendix can be regarded as providing comprehensive advice in all circumstances and it is up to each accountant and auditor to make their own judgements as to what is appropriate action and advice in the circumstances of each client.

Göran Tidström


Fédération des Experts Comptables Européens

Brussels, February 2001

Appendix 1


Advice published by the Institute of Chartered Accountants in Ireland



Firms in preparing for the euro should have already considered practice management issues in handling the single currency including;

Showing Irish pound and euro totals on fee invoices so that clients will understand that they are not being charged more when billed in the new currency.







Client: _____________________ Prepared by: (AIC) ____________________________


Accounting Date: ____________ Reviewed by: (Partner) _________________________



Schedule Ref


Matters Arising


  1. Are all staff involved in the audit of this client aware of the potential problems with the introduction of the euro and its probable impact on the client’s financial statements and the auditor’s reporting responsibilities?
  2. Does the firm’s engagement letter refer to the euro?
  3. Enquire whether the euro issue is considered and dealt with by the appropriate level of management in the client business.
  4. Review clients preparations in respect of the euro.


Additional Steps


















Client: _____________________ Prepared by: (AIC) ____________________________


Accounting Date: ____________ Reviewed by: (Partner) _________________________



Schedule Ref


Matters Arising

Audit Risk Assessment

  1. Has the responsibility for completing the euro plan been assigned to an appropriate individual?
  2. Has an assessment of the impact of the euro on the client been completed?
  3. Has the client established the necessary action to be taken in relation to any relevant computer systems which are not euro ready?
  4. Has the client established a timetable for the introduction of the necessary changes?
  5. Does the client have a euro plan?
  6. Is the progress of the euro plan monitored on a periodic basis?





Additional Steps















Client: _____________________ Prepared by: (AIC) ____________________________


Accounting Date: ____________ Reviewed by: (Partner) _________________________


Schedule Ref


Matters Arising

Job Completion and Financial Statements Review

  1. Assess the likely financial impact of failure to be euro ready and the client’s ability to meet costs:

Is the likelihood of inadequate euro preparations sufficient to warrant:

  1. Disclosure of a contingency; or
  2. Provision and disclosure of costs?
  1. Have the costs of the euro preparations been quantified and, if material, provided for and disclosed in the financial statements?
  2. Consider any euro issues which require to be included in the management letter.
  3. Obtain written representations from management on the action taken to minimise the risks which follow from the introduction of the euro, and management’s assessment of the adequacy of preparation for the euro.
  4. Assess the impact of the above on the going concern basis and the wording of the audit report.



Additional Steps













Client: _____________________ Prepared by: (AIC) ____________________________


Accounting Date: ____________ Reviewed by: (Partner) _________________________



Conclusion re euro:


I have completed my review of the euro Issue.

(Delete as appropriate)


1. I am satisfied that the going concern basis of accounting is appropriate for the following reasons:





2. I am not satisfied that the going concern basis of accounting is appropriate for the following reasons:









Paragraph for inclusion in engagement letter.



As directors you have the responsibility of evaluating the actual or potential impact of the euro issue on your business, preparing and implementing plans to address the matters identified, preparing financial statements that properly reflect the effects of implementing the euro changeover and considering whether to disclose the impact of the issue on the company to the shareholders.

Our audit is not designed to provide assurance on whether the company has addressed or will be able to address on a timely basis the euro issue relating to its operations including computer systems. Nor is it designed to provide assurance on the impact or otherwise on your business operations, results or financial position of euro problems suffered by other parties with whom you do business whether as suppliers, customers or in some other capacity. This is because we consider risks affecting your business and your accounting and internal financial control systems only so that we can plan the audit and develop an effective audit approach. We will therefore only consider the euro issue in so far as it affects our general responsibilities in respect of the audit of financial statements and in accordance with Auditing Standards. We will request from you the euro related information and explanations that we consider necessary for the purposes of our audit.


Paragraph for inclusion in representation letter.



We confirm that we are fully aware of the euro issue and have taken, or will take, the steps necessary in order to ensure that accounting systems and business processes are euro compliant.


Appendix 2


Advice published by the Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes


(This is an extract from a detailed Guide issued by the CNCC. At the headings

marked * the CNCC document includes detailed guidance which is not

reproduced here. However copies of the full document may be obtained

from the CNCC at 8, rue de l'Amiral de Coligny, F-75001 Paris)



Rappel du contexte

L'introduction de la monnaie unique est un véritable challenge pour les entités. En effet, l’euro aura des conséquences sur leur activité, sur toutes leurs fonctions, sur leur environnement économique et également des conséquences techniques et notamment comptables.

L'introduction de l’euro est donc un événement majeur qui devra être pris en compte par les dirigeants des entités d'une part et par le commissaire aux comptes, d'autre part, dans la conduité de sa mission.

En conséquence, il paraît judicieux de préciser les responsabilités des dirigeants sociaux et la mission du commissaire aux comptes pour éviter toute distorsion pouvant exister entre la perception qu'ont les dirigeants du rôle de ce dernier comparé à la démarche et aux limites de sa mission. Le commissaire aux comptes apprécie dans quelle mesure il peut être nécessaire d'apporter des précisions par écrit pour éviter toute ambiguïté sur ce point.

Responsabilité des dirigeants

Les dirigeants sociaux ont notamment la charge et la responsabilité, d’une part de définir la stratégie de l’entité face à l'introduction de la monnaie unique, d'autre part de mettre en place un système fiable de contrôle interne et d'établir des comptes, réguliers et sincères, qui donnent une image fidèle du résultat, de la situation financière et du patrimoine de l’entité.

Il est donc de la responsabilité des dirigeants de mettre en œuvre un processus leur permettant de s'assurer que l’entité ne sera pas affectée par d'éventuelles difficultés qui pourraient surgir à l’occasion du passage à l’euro.

La démarche retenue par les dirigeants devrait ainsi comporter les phases suivantes

a) déterminer les conséquences pour l'entité du passage à l’euro;

b) définir un plan approprié des actions à entreprendre;

c) définir, tester et mettre en place les procédures adéquates;

d) apprécier les incidences sur les comptes annuels et la continuité d'exploitation.

Mission du commissaire aux comptes

Il convient de rappeler que malgré le caractère très exceptionnel pour certaines entreprises de cet événement, la mission du commissaire aux comptes demeure inchangée et la prise en compte des effets du passage à l'euro se situe dans le cadre de la démarche générale habituelle.

La loi du 24 juillet 1966 précise que le commissaire aux comptes a pour mission de certifier que les comptes présentés répondent aux qualifications de régularité, de sincerité et d'image fidèle. Pour cela, au cours de son audit, il apprécie l’organisation et le contrôle interne de l’entité en fonction de son objectif de certification des comptes annuels. Ainsi, il ne procédera à une étude et à une évaluation du contrôle interne que pour les systèmes significatifs (comptables, financiers...) utilisés pour l’établissement des comptes.

Il est rappelé que les travaux du commissaire aux comptes n’ont pas pour objet de le conduire à exprimer une opinion sur la qualité de l'ensemble des dispositifs de contrôle interne mis en place par l’entité. De même ils n’ont pas vocation à fournir à l’entité l'assurance qu'elle passera sans problème l'échéance de l’euro et que les actions définies par ses dirigeants lui permettront d'être prête à temps et de résoudre tous les problèmes qui pourraient survenir à l'échéance.

Toutefois, compte tenu du caractère exceptionnel de l’introduction de la monnaie unique et des risques potentiels pour l’entité, le commissaire aux comptes se devra d'être vigilant, tout au long de sa mission, sur les conséquences éventuelles du passage à la monnaie unique.

Le pouvoir d'investigation permanent qui lui est donné et qui est utile pour un exercice efficace de sa mission, l'amène à entretenir des contacts suivis avec les dirigeants et les personnes responsables de la société. à l’occasion de ces contacts, il peut répondre aux questions qui lui seraient posées sur l’introduction de l’euro; il ne saurait s'y refuser au prétexte que cette opération n’est pas encore réalisée et que le commissaire aux comptes ne se prononce que sur les documents déja établis.

Par ailleurs, dans le cadre de sa mission, le commissaire aux comptes est amené, lors de la prise de connaissance des procédures, à s'intéresser aux conditions de fonctionnement de la société, au sens le plus large, et aux dysfonctionnements qui peuvent avoir une incidence sur la qualité des informations produites. Il est utile qu'il signale aux dirigeants les points sur lesquels une amélioration est, de ce point de vue, nécessaire. Cependant, les avis ou recommandations que le commissaire aux comptes est amené à formuler aux dirigeants doivent rester en relation avec sa mission, telle qu'elle est définie par la loi; ils ne peuvent conduire le commissaire aux comptes à déroger aux règles d'indépendance, d'incompatibilité, de nonimmixtion dans la gestion qu'elle à posées.


Dans ce contexte, l'objectif est:

• d'identifier les étapes de la démarche d'audit dans le cadre de la mission générale du commissaire aux comptes qui sont susceptibles d'être influencées par le passage à l’euro dans les entités concernées;

• de développer les méthodes, techniques et supports complémentaires permettant au commissaire aux comptes d'appréhender les conséquences de l'euro dans le cadre de sa mission;

• d'évaluer le risque général au niveau de la préparation de l’entreprise et d'apprécier les risques spécifiques tant au niveau des opérations qu'au niveau des traitements comptables liés à l’euro pour l'établissement des comptes annuels.

Compte tenu du calendrier d'introduction de l’euro, il convient de donner un échéancier indicatif (pour une entité clôturant ses comptes par hypothèse au 31 décembre 1998) des différentes étapes de la démarche générale d'audit à mettre en œuvre par le commissaire aux comptes:

• la première étape est mise en œuvre dès que possible au cours de la phase d'orientation et de planification de la mission sur les comptes clos au 31 décembre 1998,

• les étapes suivantes seront mises en œuvre dès le 31 décembre 1998 en ce qui concerne le contrôle des comptes puis progressivement dès le 1er janvier 1999 - date d'introduction de la monnaie unique - et jusqu'a la clôture 31 décembre 2001.




Rappel de la Norme (n° 2101) d'orientation et de planification de la mission

« Le commissaire aux comptes doit avoir une connaissance globale de l’entreprise lui permettant d'orienter sa mission et d'appréhender les domaines et les systèmes significatifs.

Cette approche a pour objectif d'identifier les risques pouvant avoir une incidence significative sur les comptes, ... »

Le passage à l’euro conduit le commissaire aux comptes à s'informer sur:

• le niveau d'information et de sensibilisation de la direction aux questions relatives à l’euro,

• le degré de préparation de l’entité au passage à l’euro,

• la prise en compte des incidences de l’euro sur l'activité de l’entreprise,

• l’incidence éventuelle de l’euro sur chacune des fonctions de l’entreprise et la mise en place de procédures spécifiques,

• l’appréciation de l'adaptation du système d'information,

• le choix à faire par l’entité de la date de basculement à l’euro.

Cette analyse de l’impact de l’euro sur l’évaluation générale du risque doit être conduite en fonction de l’environnement de l’entité auditée, c'est-à-dire en fonction de son secteur d'activité, de sa taille, de son organisation, ...

A titre indicatif sont présentées ci-après quelques-unes des questions que le commissaire aux comptes peut aborder avec les dirigeants. Le questionnaire ci-après n’est qu'une trame qui devra être adaptée en fonction de l’entité auditée.

Le niveau d'information et de sensibilisation de l’euro*

Le degré de préparation de l’entreprise*

Les incidences de l’euro sur l'activité de l’entreprise*

L'incidence éventuelle de l’euro sur chacune des fonctions de l’entreprise*

A. Fonction trésorerie*

B. Fonction achats/fournisseurs*

C. Fonction production*

D. Fonction ventes/clients*

E. Immobilisations*

F. Fonction Ressources humaines*

G. Domaine juridique et fiscal*

L'incidence de l’euro sur votre système d'information*

Le choix de la date de basculement à l’euro*




1 Introduction

Le passage à la monnaie unique est un événement majeur qui va avoir une incidence sur l'activité des entités et l’ensemble de leurs fonctions.

Par ailleurs, le passage à la monnaie unique est susceptible de faire apparaître des risques nouveaux au sein de l’entité. Les entités seront en conséquence amenées à mettre en place des procédures spécifiques pour pallier ces risques nouveaux.

2 La démarche du commissaire aux comptes


à partir des orientations données par le programme général de travail ou plan de mission, le commissaire aux comptes effectue une étude et une évaluation des systèmes qu'il a jugés significatifs en vue d’identifier, d’une part les contrôles internes sur lesquels il souhaite s'appuyer et d'autre part les risques d'erreurs dans le traitement des données afin d'en déduire un programme de contrôle des comptes adapté. (Norme 2102 - Appréciation du contrôle interne).

Le commissaire aux comptes apprécie le contrôle interne de l’entreprise en fonction de son objectif de certification des comptes annuels. En conséquence, il ne procédera à une étude et à une évaluation du contrôle interne que pour les systèmes conduisant à des comptes significatifs qu'il a identifiés lors de la phase de planification de sa mission (commentaire § 03 de la norme 2102).

Après avoir pris connaissance de la stratégie de l’entreprise face à l’euro, le commissaire aux comptes intègre dans sa démarche générale, dès la période transitoire, l'analyse des procédures mises en place par l’entité et liées à l’euro. En effet, la période transitoire, caractérisée par la règle du Ni-Ni (Ni obligation, Ni interdiction), est susceptible de générer des risques d'erreurs liés à l’existence d'une double monnaie(1) francs-euros.

Il prend connaissance notamment des procédures mises en place pour:

• recenser toutes les applications de son système d'information traitant de données financières et susceptibles d'avoir, de manière directe ou indirecte, une incidence sur les comptes annuels,

• vérifier que ces applications sont susceptibles d'assurer le passage à l’euro notamment au regard des 3 critères: conversion - arrondis - gestion des historiques - ou que les fournisseurs informatiques de l’entité peuvent assurer la mise à jour des applications,

• assurer la fiabilité des enregistrements comptables, notamment au niveau de la saisie et du traitement des opérations répétitives.

Il procède dans le cadre de sa démarche générale à des tests de conformité sur ces procédures et de fonctionnement sur les contrôles internes qui lui sont utiles.

Pour aider le commissaire aux comptes dans sa démarche, deux listes aide-memoire sont proposées ci-après, § 4:

• l’une relative à l'adaptation du système d'information de l’entité à l’euro,

• l'autre relative aux procédures pouvant être mises en place par l’entité.

Le risque que des erreurs significatives liées au passage à l’euro ne soient pas détectées par le commissaire aux comptes sera d'autant plus limité:

1. que l’entité aura mis en place des contrôles internes liés à l’euro; dans ce cas, le risque de non contrôle par l’entreprise sera faible et le commissaire aux comptes pourra alléger ses contrôles,

2. que le commissaire aux comptes aura tenu compte dans sa démarche du contexte spécifique lié à l’euro:

• dans la prise de connaissance des impacts de l’euro sur l’entité,

• dans l'appréciation de l’efficacité des contrôles mis en place par l’entité pour faire face aux risques liés à l’euro,

• dans les travaux de contrôle des comptes liés à l’euro particulièrement dans les situations particulières liées à l’euro.


3 Les risques et procédures liés à l'euro

L'arrivée de la monnaie unique est susceptible de faire émerger des risques nouveaux qui peuvent être rattachés aux trois grandes natures de risques définies en audit:

- risques généraux liés à l’entité (qui sont de nature à influencer l’ensemble des opérations de l’entité),

- risques liés à la nature des opérations traitées: répétitives ou ponctuelles,

- risques liés à la conception et au fonctionnement des systèmes.

Risques généraux

- Rappel (Note d'information CNCC n° 3, à Appréciation du contrôle interne, février 1992, page 18).

Les risques généraux s'analysent en fonction de:

- l’organisation générale et la structure de l’entité,

- le comportement de la direction,

- la politique du personnel,

- l'organisation administrative et comptable.

Les questions portant sur l’évaluation générale du risque et relatives à:

- l’impact de l’euro sur la stratégie de l’entité et sur l’ensemble de ses fonctions,

- la sensibilisation de la direction à la problèmatique de l’euro,

- l’incidence de l’euro sur l’organisation générale de l’entité: création d'une cellule en charge du suivi du plan euro (responsable euro ou groupe de travail euro),

- la prise de décisions de la part de la direction: préparation de l’entité, choix de la date de basculement, etc.

L'impact de ces décisions liées au passage à l’euro doit conduire l’entité à porter une attention particulière à:

- la politique de formation de son personnel,

- l'adaptation de son organisation comptable,

- la mise en conformité de son système d'information.

- La politique de formation*

- L'adaptation de l’organisation comptable*

- La mise en conformité du système d'information*

Les comptes annuels sont le reflet des opérations traitées par l'entité. Les risques liés aux opérations traitées sont ceux qui peuvent avoir une incidence sur la fiabilité des comptes annuels.

Il convient de distinguer les opérations répétitives de celles particulières liées à l’euro.

- Opérations répétitives*

- Cycle trésorerie*

La conception des systèmes de saisie et de traitement des opérations doit permettre de prévenir les erreurs et de détecter celles qui se produisent suffisamment tôt pour pouvoir proposer une méthode pour les corriger.

L’entité devra mettre en place des contrôles pour vérifier que les procédures et systèmes liés à l’euro (cf. développements ci-avant) sont adaptés dans leur conception et dans leur fonctionnement.

4 Listes aide-mémoire

• Liste aide-mémoire - Système d'information

- Objectifs*

- Généralités*

- Période transitoire*

- Phase de conversion*

- Financement*

• Liste aide-mémoire - Procédures euro

- Objectif*

- Achats/fournisseurs*

- Ventes/clients*

- Cycle trésorie*

- Cycle salaires*

- Cycle stocks*




La phase de prise de connaissance a permis au commissaire aux comptes de déterminer les risques pouvant être liés au passage à l’euro; il a lors de l'étape d'appréciation du contrôle interne identifié l’existence de contrôles mis en place par l’entité et sur lesquels il peut s'appuyer; il en a vérifié le fonctionnement. Il a également déterminé les situations particulières liées à l’euro.

1 Incidence de l’euro sur le programme de contrôle des comptes

En fonction de ces éléments, le commissaire aux comptes apprécie l’impact du passage à la monnaie unique dans son programme de contrôle des comptes.


Ces contrôles seront:

• allégés lorsqu'il a déterminé qu'il existait des contrôles internes sur lesquels il peut s'appuyer dans le cadre de sa mission, c'est-à-dire lorsque ces contrôles permettent de conclure avec un degré raisonnable d'assurance que les enregistrements comptables des opérations traitées sont fiables,

• étendus lorsqu'il n'a pu s'appuyer sur des contrôles internes ou que les contrôles n’ont pas fonctionné conformément à la procédure établie et qu'il en est résulté des risques d'erreurs pouvant affecter la fiabilité des comptes,

• spécifiques pour ce qui concerne les opérations ponctuelles ou exceptionnelles liées à l’euro.

Le commissaire aux comptes dispose de diverses techniques de contrôle (contrôles sur pièces et de vraisemblance, confirmation directe, examen analytique...). Il utilise et adapte ces techniques habituelles pour les mettre en œuvre dans le contexte spécifique du passage à la monnaie unique, par exemple:

• examen analytique des flux euros et des flux francs,

• confirmations directes dans l’une ou l'autre des monnaies ou dans les deux,

• contrôle des conversions lors du contrôle sur pièces,

• etc.

2 Situations particulières

Le passage à l’euro est susceptible de faire apparaître des situations particulières pour lesquelles le commissaire aux comptes doit mettre en œuvre des contrôles spécifiques.

• Situations concernant plusieurs exercices

- la comptabilisation des charges afférentes au passage à l’euro.

• Situations concernant le basculement à l’euro

- la conversion du capital social.

• Choix de la monnaie de publication des comptes

- en francs ou en euros,

- information comparative.

A. Situation particulière concernant plusieurs exercices: traitement des dépenses liées à l’euro*

B. Situation particulière au 31 décembre 1998*

C. Situation particulière liée au basculement de la comptabilité à l’euro*

D. Choix de la monnaie de publication des comptes* (comptes clos au 31 décembre 1998)



1 L'information donnée par les entités

A. Publication des comptes annuels en euros

Les comptes annuels des entités seront arrêtés et publiés en euros dès que les entités auront décidé de basculer leur comptabilité en euros.

Par exception, le Plan National de l’euro dispose que:

« Les entreprises qui souhaiteront, dès 1999, déposer au greffe du tribunal de commerce et, le cas échéant, publier au BALO leurs comptes sociaux en euros alors que leur comptabilité aura été tenue en francs pour l’exercice 1998 pourront néanmoins le faire: il suffira que ces comptes aient été établis en euros et approuvés par les actionnaires dans cette unité monétaire. Le secrétaire d'Etat au budget s'est prononcé publiquement sur ce point le 19 mai 1998 devant l’Assemblée Nationale. »

Remarque: Il est souligné que, par analogie avec la terminologie utilisée dans la loi du 24 juillet 1966, des comptes « établis » sont des comptes arrêtés par l'organisme d'administration compétent.

Le Comité d'urgence du CNC (avis n° 98-E du 17 décembre 1998) confirme que les comptes annuels pourront être arrêtés en euros à compter du 1er janvier 1999, quelle que soit l'unité, franc ou euro, retenue pour la tenue des comptes de l'exercice auquel ils se rapportent. Les comptes arrêtés en euros doivent être publiés dans cette même unité.

Cette disposition est applicable aux comptes de l’exercice 1998.

B. Publication des comptes consolidés en euros

Selon le Plan National de l’euro, « les comptes sociaux et les comptes consolidés pourront éventuellement être tenus les uns en francs, les autres en euros. »

L'avis précité du Comité d'urgence du CNC est également applicable aux comptes consolidés établis à la diligence du conseil d'administration. Les comptes consolidés de l’exercice 1998 pourront par conséquent être publiés en euros.

C. Information comparative

L'avis du CNC n° 98-01 du 17 février 1998 stipule:

« Afin d'assurer la comparabilité historique des comptes la première publication des comptes annuels ou situations intermédiaires (individuels ou consolidés) exprimés en euros donne lieu à la présentation d'informations comparatives, exprimées en euros sur la base de la parité fixée au 1er janvier 1999. »

Il serait souhaitable que la monnaie utilisée et la parité au 1er janvier 1999 soient clairement indiquées sur les états de synthèse (bilan, compte de résultat, ...); de même , il devrait être indiqué que les comptes des exercices présentés à titre comparatif ont été exprimés sur la base de la parité au 1er janvier 1999.


D. Annexe

L'annexe, dont l'objectif est de compléter l’information donnée par le bilan et le compte de résultat, doit comprendre tout élément qui peut avoir une influence significative sur le jugement des lecteurs.

Par exemple, le basculement de la comptabilité des entités en euros peut faire partie des informations à mentionner dans l'annexe des comptes (annuels ou consolidés) durant toute la période transitoire.

Dans le cas où les états de synthèse ne préciseraient pas la monnaie utilisée, celle-ci devrait être mentionnée dans l'annexe.

E. Cas des sociétés faisant appel public à l’épargne

Pour la période transitoire, la Commission des opérations de Bourse à recommandé (Rec. n° 97-01, septembre 1997) aux sociétés faisant appel public à l'épargne:

• de publier à la fois en francs et en euros un certain nombre de données significatives (les principaux postes du bilan, les soldes intermédiaires du compte de résultat, le résultat net par action et le dividende) dans toutes les publications réglementaires auxquelles ces sociétés sont soumises (document de référence, note d'information, prospectus, etc.). Les deux expressions monétaires devront également être données lorsque l'un ou plusieurs de ces éléments figureront dans un communiqué de presse;

• si elles ont converti leur comptabilité à l’euro, de présenter dans les publications réglementaires précitées, des séries historiques des comptes converties en euros sur la base de la parité définitivement fixée au 1er janvier 1999.

La COB précise que ces chiffres pourraient être adaptés et complétés en fonction du secteur d'activité de la société. Il conviendra cependant, dans tous les cas, d'assurer la continuité des chiffres présentés tout au long de la période transitoire.

2 L'incidence sur la mission générale du commissaire aux comptes

2.1. Incidence sur le rapport général

La formulation du rapport général n’est pas modifiée par le passage à l’euro, sauf indication de la monnaie des comptes certifiés (cf. § à ci-dessous).

Le passage à l’euro est susceptible d'avoir une incidence sur le rapport du commissaire aux comptes dans les différentes situations suivantes.

A. Monnaie des comptes certifiés

Le commissaire aux comptes certifie les comptes annuels et consolidés dans la monnaie dans laquelle ils ont été arrêtés.

Si l’entreprise, se prévalant des dispositions du Plan National de l’euro et de l'avis du Comité d'urgence du CNC (n° 98-E du 17 décembre 1998), décide de publier ses comptes annuels et consolidés pour l’exercice 1998 en euros, alors que sa comptabilité à été tenue en francs, le commissaire aux comptes certifie les comptes annuels et consolidés publiés en euros; il s'assure que la conversion en euros des comptes arrêtés (comptes annuels) ou établis (comptes consolidés) par l'organe d'administration compétent à partir d'une comptabilité tenue en francs a été correctement effectuée sur la base de la parité au 1er janvier 1999.

Pour la période comprise entre le 1er janvier 1999 et le 31 décembre 2001 (période transitoire), le commissaire aux comptes rappelle dans l’introduction de son rapport l’expression monétaire (franc ou euro) dans laquelle les comptes annuels et consolidés ont été établis et sur lesquels porte sa certification:

Rapport général sur les comptes annuels

« En exécution de la mission qui nous a été confiée par ……. (mention de l'organe compétent), nous vous présentons notre rapport relatif à l’exercice clos le …… sur:

- le contrôle des comptes annuels de la société X …… établis en FF (ou en euros), tels qu'ils sont joints au présent rapport,

- les vérifications spécifiques et les informations prévues par la loi. »

Rapport sur les comptes consolidés

« En exécution de la mission qui nous a été confiée par ……(mention de l'organe compétent), nous avons procédé au contrôle des comptes consolidés de la société …… établis en FF (ou en euros) relatifs à l’exercice clos le ……, tels qu'ils sont joints au présent rapport. »

B. Chiffres comparatifs

Lors de la première publication de comptes ou de situations intermédiaires (annuels ou consolidés) en euros, le commissaire aux comptes s'assure de la correcte conversion en euros sur la base de la parité au 1er janvier 1999, des données comparatives mentionnées pour l’exercice N - 1.

Le commissaire aux comptes met en œuvre les diligences prévues par la norme 2504 relative aux chiffres comparatifs. Dans le cas où il constate des anomalies qui ont une influence directe et significative sur l’interprétation des comptes de l’exercice contrôlé, ou en l’absence de chiffres comparatifs, il peut émettre une réserve ou un refus de certifier.

C. Annexe

Le commissaire aux comptes vérifie que les informations relatives au basculement de la comptabilité en euros et, le cas échéant (cf. ci-avant § 1-D), à la monnaie utilisée, sont mentionnées. Si ces informations ne sont pas données, le commissaire aux comptes peut émettre une réserve.

D. Cas des sociétés faisant appel public à l'épargne

Le commissaire aux comptes s'assure que la société répond aux recommandations de la COB rappelées ci-dessus (Cf § 1-E) et que la conversion des données chiffrées a été faite sur la base de la parité au 1er janvier 1999.

E. Autres situations

• Désaccord avec le choix ou l'application des règles et méthodes comptables*

• Limitation dans les diligences*

• Incertitudes*

2.2 Vérifications spécifiques

Les obligations de vérifications spécifiques du commissaire aux comptes ne sont pas modifiées par le passage à l’euro.

Il lui appartient de faire application des normes CNCC applicables en la matière (cf. normes 213/214).

Ainsi, en application de l'article 228 alinéa 3 de la loi, le commissaire aux comptes:

« vérifie la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans le rapport de gestion du conseil d'administration ou du directoire et dans les documents adressés aux actionnaires sur la situation financière et les comptes annuels. »

Dans ce cadre, le commissaire aux comptes vérifie en particulier les informations données relatives à la monnaie utilisée et les informations comparatives requises par l'avis du CNC (n° 98-01 du 17 fevrier 1998) lors d'une première publication de comptes en euros.

2.3 Communication au conseil d'administration

Dans le cadre de sa mission générale, le commissaire aux comptes peut avoir identifié certaines faiblesses ou certains risques relatifs aux:

• degrés de préparation de l’entité,

• adaptations du système d'information à prévoir,

• procédures nouvelles à mettre en place,

• critères retenus par l’entité pour le choix de la date de passage.

En fonction de la nature et du caractère significatif de ces constatations, le commissaire aux comptes, pourra estimer utile, voire nécessaire, en application de l'article 230 de la loi du 24 juillet 1966, de les porter à la connaissance du conseil d'administration (ou de l'organe équivalent), dans la forme qu'il jugera la plus appropriée.

3 L'incidence sur les interventions connexes du commissaire aux comptes

3.1 La réduction du capital*

En cas de réduction du capital liée à sa conversion en euros, le commissaire aux comptes établit un rapport conformément aux dispositions légales applicables en cas de réduction.

3.2 La procédure d'alerte

Si le commissaire aux comptes estime, au vu des informations dont il dispose, que le dispositif mis en place pour organiser le passage à l’euro est inexistant ou inadapté et qu'il juge que cette situation constitue un fait de nature à compromettre la continuité de l’exploitation, il met en œuvre la procédure d'alerte.




Use the BACK button on your browser to return to the previous page.